Biographies, Chroniques et Récits de voyages

Biographies, Chroniques et Récits de voyages

biographies, chroniques et récits de voyages

En dehors des premières biographies de Mahomet, le premier biographe majeur à approfondir des personnages plutôt que de se limiter à la rédaction d'hymnes de louange fut al-Baladhuri qui, avec son Kitab ansab al-ashraf ou " Livre des généalogies des nobles ", présente une véritable collection de biographies. Un autre dictionnaire biographique important fut commencé par ibn Khallikan puis complété par al-Safadi. Enfin le Kitab al-I'tibar, qui nous relate la vie de Usamah ibn Munqidh et son expérience des batailles des croisades, constitua une des premières autobiographies d'importance.

Ibn Khurradadhbih, apparemment un fonctionnaire du service postal de l'époque, écrivit un des tout premiers guides de voyage. La forme se popularisa par la suite dans la littérature arabe à travers les ouvrages d'ibn Hawqal, d'ibn Fadlan, d'al-Istakhri, d'al-Muqaddasi, d'al-Idrisi ainsi que ceux d'Ibn Battûta dont les voyages restèrent mémorables. Ces ouvrages donnèrent une vision fascinante des nombreuses cultures du vaste monde islamique et offrirent également des perspectives de conversion des peuples non musulmans aux extrémités de l'empire. Ils firent connaître également à quel point les musulmans étaient devenus une puissance commerciale de premier plan.

biographies, chroniques et récits de voyages
biographies, chroniques et récits de voyages

Le plus souvent, ces ouvrages prenaient la forme de comptes rendus foisonnant de détails géographiques et historiques. Ils donnèrent naissance à un genre littéraire à part entière que l'on nomme en arabe : rihla (ce qui traduit signifie "voyage".) Certains écrivains se concentrèrent sur l'histoire en général, comme al-Ya'qubi et al-Tabari, alors que d'autres se focalisèrent sur des périodes et des lieux précis, comme ibn al-Azraq qui relate l'histoire de la Mecque ou ibn Abi Tahir Tayfur qui écrivit celle de Bagdad. Parmi les historiens arabes, c'est ibn Khaldun qui est considéré comme le plus grand penseur. Sa chronique Muqaddima, qui prend pour objet d'étude la société, est un texte fondateur de la sociologie et de l'économie arabe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *