Films algériens avant 2000 :

Films algériens avant 2000 :

Youcef

Algérie > 1993 > 1h49 > > couleur > vostf
Youcef

 
Réalisation, scénario Mohamed Chouikh > Image Allel Yahiaoui > Montage Yamina Chouikh > Son Rachid Bouafia > Musique Khaled Barkat > Interprétation Mohamed Ali Allalou, Selma Shiraz, Youcef Benadadou, Dalila Hellilou, Mohamed Benguettaf,
Azzedine Medjoubi, Abdenour Chelouche, Ahmed Fillali > Source K Films
 
Youcef a été interné à la fin de la guerre d’Algérie dans un asile psychiatrique. Pour lui le temps s’est arrêté en 1960, et il se croit toujours prisonnier de l’armée française. Lorsqu’il s’évade et découvre l’Algérie contemporaine, il est terrifié. Ses frères du FLN ont sombré dans la corruption du pouvoir et d’autres dans un intégrisme religieux.

La Citadelle

Algérie > 1998 > 1 h35 > couleur > vostf
La Citadelle

 

Réalisation, scénario Mohamed Chouikh > Image Allel Yahiaoui > Montage Yamina Bachir-Chouikh > Musique Jawad Fasla > Son Rachid Bouafia > Production CAAIC > Interprétation Khaled Barkat, Djilali Ain-Tedeles, Fettouma Ousliha, Fatima Belhadj, Momo > Source K Films
 
Une journée dans la vie d’un village du Sud-Oranais, El Kalaa. Sidi ne sait plus où donner de la tête avec Kaddour, son fils adoptif. Berger un peu simplet, ce dernier se cache trop souvent derrière les rochers pour sourire à la femme du cordonnier dont il est éperdument amoureux. Lorsqu’il se met à clamer son amour dans tout le village, les hommes décident de lui donner une leçon. Ce même jour, Sidi, qui possède déjà trois épouses, toutes occupées à lui faire des enfants et à tisser tapis et couvertures, ramène chez lui un quatrième métier à tisser, signe annonciateur de nouvelles noces. C’en est plus que ne peut supporter sa plus jeune épouse.

 

Prix Feescapo 2005.

Le Harem de Madame Osmane

France / Espagne / Algérie > 1999 > 1 h40 > couleur > vostf
Le Harem de Madame Osmane

 
Réalisation, scénario Nadir Moknèche > Image Hélène Louvart > Interprétation Biyouna, Carmen Maura, Nadia Kaci, Djemel Barek, Andrée Damant, Afida Tahri > Source Océan Films.
 
Alger, 1993. Depuis que son mari l’a abandonnée, les locataires de Madame Osmane doivent subir ses accès d’humeur. Hantée par la peur de perdre sa respectabilité, l’ancienne maquisarde de la guerre d’indépendance s’acharne à contrôler les faits et gestes de sa maisonnée plutôt que de lutter contre ses propres frustrations. Apprenant que sa fille est tombée amoureuse, la perspective de se retrouver seule va pousser cette femme encore désirable, au paroxysme : le « harem » symbolique de Mme Osmane – la citadelle où elle se distrait en manipulant son petit monde – est sur le point de s’écroulera.
 
Prix du meilleur scénario
Prix de la première œuvre au 5e Biennale des cinémas arabes à Paris 2000.

Sakiet Sidi Youcef

Sakiet Sidi Youcef
 
Algérie France > 1958 > 16′ > noir et blanc > documentaire
 
Le 8 mai 1958, l’aviation française reçoit l’ordre de bombarder le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef, supposé base arrière du FLN. Au nombre des soixante-dix morts et des cent cinquante blessés, on compte une majorité d’enfants et des membres de la Croix- Rouge internationale. Réalisé dans l’urgence au lendemain du drame, le film entendait alerter l’opinion publique mondiale contre les atrocités de l’armée française en Algérie.

J’ai 8 ans

J'ai 8 ans
 
Algérie France > 1958 > 8′ > noir et blanc > documentaire
 

Une évocation de la guerre d’Algérie à travers des récits et des dessins d’enfants algériens, réfugiés en Tunisie. Ils ont l’âge de la guerre, expriment les morts, la fuite, la peur, la faim. Vue par des yeux d’enfants, reproduite par des mains d’enfants, commentée par leur voix, l’horreur de la guerre d’Algérie ; un documentaire réalisé pendant la guerre.