Coran, la vulgate du calife Uthmân

Coran, la vulgate du calife Uthmân

 

Ce n’est que sous le régime d’Uthman , le troisième Calife, qu’un corpus unique fut rédigé à partir des « feuillets de la recension » faite par Abu Bakr ( 3 ). D’autre corpus existèrent parallèlement à la version de Uthman mais cette dernière l’emporta définitivement. Jusqu’à nos jours ce texte unique est unanimement lu, médité, psalmodié dans l’ensemble du monde musulman.

Le classement des sourates selon la vulgate d’Uthman se fait selon un ordre de longueur décroissante. Ce classement perturbe inévitablement la chronologie des textes révélés à Mohammed, puisque les plus courts et les moyens ont été révélés à la Mecque et les plus longs sont ceux qui l’ont été à Médine entre 622 et 632.

 

La sourate « Al Fatiha »( la liminaire ), qui ne comporte que quelques versets, a été cependant placée en tête de la vulgate Uthmanienne sans doute à cause de son importance liturgique :

 

Au nom de Dieu , le clément , le miséricordieux.

Louange à Dieu, seigneur des mondes.
Le miséricordieux plein de clémence.
Le roi du jour du jugement.
Toi seul nous adorons et de toi seul
nous implorons l’aide.

Dirige-nous dans le sentier du salut.

Dans le sentier de ceux que tu
comblas de tes faveurs.

De ceux qui n’encourent jamais ta disgrâce
et ne sont point des égarés.

 

En dehors de quelques sourates très courtes, dont plusieurs sont des oraisons ; les 114 chapitres qui constituent le Coran sont le plus souvent formées de révélations juxtaposées d’époques différentes. Une même sourate ne traite pas d’un même thème, mais d’une pluralité de thèmes qui se retrouvent, se recoupent, se complètent tout au long de la lecture des autres chapitres.

 

Le lecteur qui s’attend à trouver le développement d’une même idée d’un bout à l’autre de la sourate est fort déçu le temps et l’espace sont discontinus, le Coran saute d’un thème à l’autre , oraisons , menaces contre les impies alternent avec les récits de Moise , Abraham ou ceux des cités détruites par Dieu en colère , sans compter les nombreux versets à caractère juridique ou définissant le bien et le mal …

 

(3) L. Gardet: L’Islam religion et communauté , Desclée de Brouwer l967