Lire, écouter le Coran

Lire le Coran – lecture, écoute et compréhension –

 

De très nombreux visiteurs nous expriment régulièrement leur désir d’accéder à la lecture du texte coranique. Fidèles à nos convictions laïques, nous répondons à cette demande, tant le fait religieux dans la culture arabe ne saurait être occulté pour quelque raison idéologique. Nous le faisons simplement, sans prosélytisme aucun, sans interprétation (ce n’est pas de notre ressort)…

 

Enseignants et pédagogues, notre seul souci est la diffusion de la langue arabe et « le bon usage de la langue ». Le texte coranique, souvent malmené par des apprentissages archaïques, menés par des gens sans formation sérieuse, mal appris, mal assimilé, peut déboucher sur des interprétations erronées et donc sur des attitudes non conformes à l’esprit du texte sacré. Accéder à la lecture et à la compréhension du Coran est une demande légitime à condition d’en faire une lecture saine à tous les points de vue.

 

Nous proposons ici quelques sourates dites « Mecquoises » (parce que révélées à la Mecque), les plus courtes et les plus faciles à mémoriser.

 

Nous les présentons transcrites en orthographe et polices de caractères modernes, donc avec quelques différences par rapport au texte de la vulgate coranique dite de Uthmân, en circulation, comme texte « officiel » dans l’ensemble du monde musulman.
 

Nous avons fait ce choix — comme il est d’ailleurs d’usage dans les systèmes scolaires modernes des pays arabes — pour en faciliter la lecture aux débutants, et parce que le texte y gagne en lisibilité, notamment pour les problèmes de voyelles longues et l’écriture de la hamza (voir notre article : Orthographe de l’arabe : de la vulgate Uthmanienne à l’écriture moderne). Sauf pour les termes qui ont été conservés dans leur orthographe originelle y compris dans les manuels arabes modernes et la presse.
 

Pour la traduction, nous nous sommes largement inspirés des ouvrages de Jacques Berque (Sindbad, 1990) et de D. Masson Gallimard 1967, en prenant la liberté de certaines modifications, selon nos propres lectures essentiellement éclairées par l’exégèse de Tabariy.