Sens et naissance du Coran

Sens et naissance du Coran

 

Le Coran est le livre révélé au prophète Mohammed par l’intermédiaire de l’ange Gabriel . Il est composé de 114 sourates (chapitres ) divisés chacune en versets. Les sourates ne sont pas toutes de même longueur. Les versets aussi diffèrent en style et en longueur. Les sourates révélées à la Mecque au début de la prédication sont en général courtes et assonancées ; les versets sont brefs, haletants. Celles révélées plus tard sont en prose non assonancée. Le rythme est plus doux, les versets plus longs dits dans une syntaxe et un phrasé plus complexes.

 

Le mot Q’ran ( Coran) signifie en Arabe, « lecture à voix haute ». Récitation. Parole de Dieu, le Coran a été transmis au prophète Mohammed par l’intermédiaire de l’ange gabriel (jibrîl), sous forme de « dictée surnaturelle ». Révélé en langue arabe, il n’a de valeur religieuse que dans cette langue. Toute récitation du Coran dans une autre langue est nulle.

Actuellement, l’Islam en son entier sunnite ou shiite se réfère an même texte, le  » Coran officiel  » que les islamisants occidentaux nomment parfois « vulgate ». Il n’existe pas dans ce texte un ordre chronologique précis qui permettrait de retrouver les différentes étapes historiques pendant lesquelles il a été révélé. La principale distinction chronologique est celle des sourates « mecquoises » et « médinoises ».

 

Pendant les premiers temps de la prédication, le Coran était porté par les compagnons du prophète qui mémorisaient – sans support écrit- les textes que l’envoyé de Dieu leur communiquait peu à peu. Des scribes ont été chargés par le prophète de noter les textes selon l’écriture rudimentaire de l’époque. Cela se faisait sur des matériaux tout aussi rudimentaires ; morceaux de cuir , tessons de poterie omoplates ou cotes de chameaux (1)

 

Mais les meilleurs gardiens du texte furent les porteurs du Coran , « dont plusieurs étaient tués lors des batailles que livrait le prophète contre ses ennemis. Ce n’est qu’après la mort du prophète que le Calife Abu Bakr décide de réunir les textes épars sur des feuillets ». (2)

 

(1) R. Blachère: introduction. trad. Coran , 2 volumes, PARIS 1947.

(2) L. Gardet: L’Islam religion et communauté , Desclée de Brouwer l967