Transcription du Coran

Le Coran : principes d’une lecture saine

القراءة السليمة في القرآن الكريم

 

DILAP a toujours affirmé son caractère laïque et sa mission essentiellement pédagogique pour la promotion et la diffusion de la langue et la culture arabes. Nous considérons que la laïcité ne peut évacuer le fait religieux, surtout dans le contexte de la culture arabo-musulmane qui est notre principal champ d’intervention. Elle n’est pas automatiquement opposée à l’étude du fait religieux ; bien au contraire, elle peut contribuer de façon constructive à mieux le comprendre, voire à en favoriser l’évolution dans un sens positif en interpellant notamment la recherche scientifique, avec les outils de la modernité.

 

Le texte coranique reste l’élément fondateur de la culture arabo-musulmane, pierre angulaire, référence incontournable, de même que ce texte, dans la forme écrite sous laquelle il nous est parvenu détermine aujourd’hui encore non seulement la syntaxe de l’arabe moderne, mais aussi son lexique et ses règles d’orthographe.

 

Pour pouvoir offrir à nos visiteurs un dispositif efficace et simple permettant une lecture correcte du Coran, il nous fallait tenir compte de la forme (classique) sous laquelle circule le texte sacré dans l’ensemble du monde musulman, et ce, depuis des siècles avec une orthographe médiévale différente de l’orthographe arabe en vigueur aujourd’hui. Et que nous utilisons nous-mêmes dans notre enseignement et les manuels que nous proposons au public.

 

Autrement dit, entre l’écriture adoptée dans nos manuels (voir notre ouvrage Kitaba) et la vulgate coranique en circulation, un apprenant débutant ne peut que ressentir un certain trouble face au décalage entre l’écriture coranique (et son imposant appareil de signes diacritiques) et l’écriture moderne, plus dépouillée, plus simple.

 

Pour répondre à ces interrogations légitimes, voici la démarche que nous avons adoptée :
– Permettre, dans un premier temps, aux non-arabophones d’accéder au texte sacré avec l’orthographe moderne (plus simple, plus claire)
– Dans un deuxième temps, les faire accéder à la vulgate coranique « classique » dans sa forme orthographique médiévale, sans risque de gêne ou de déformation au moment de la réalisation orale (récitation). Sans parler des conséquences de telles déformations au niveau du sens et de la compréhension…