Littérature arabe à l’époque de la jâhiliyya : Al-Nâbigha al-Dhubyânî

Littérature arabe à l’époque de la jâhiliyya :
Al-Nâbigha al-Dhubyânî

Littérature arabe à l'époque de la jâhiliyya :Al-Nâbigha al-Dhubyânî

Al-Nâbigha al-Dhubyânî

(né vers le milieu du VIe siècle.)

Dubyani est issu de la tribu des Banu Dhubyan, il a vécu près de La Mecque. Il a d’abord été poète de tribu, avant d’entrer à la cour du roi Lakhmide Al-Nu’man Abu Qabus, que Dubyani pleurera dans une élégie devenue célèbre. Suite à quelques vers sur la reine jugés insultants, il est obligé de quitter le royaume avant d’y revenir en 600. Il entre alors dans la cour des Ghassanides où il mène une vie fastueuse.

La date de sa mort est incertaine, mais il semble qu’il ignorait ce qu’était l’islam. Ses poésies sont en grande partie des éloges et des satires sur les Ghassanides, les Banu Abs et les Banu Dhubyan.

La fin de son ode, parfois inclue dans les mu’allaqât, traduite par Jacques Berque, montre l’aspect politique de ce poète :

Voilà!
Ma louange si bellement tu l’écoutes
Ce n’aura pas été, oh non, malédiction !
pour me produire à tes faveurs
Ce n’est qu’une plaidoirie, puisse-t-elle me servir
sinon j’aurais fait pacte avec le malheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *