Maltais et arabe

L’arabe dialectal à la base de la langue maltaise

La géographie et l’histoire en très très bref….

Situé entre la Sicile et la Tunisie, l’archipel maltais est formé de cinq îles : Malte, Gozo et Comino, qui comptent un total de 400 000 habitants environ, pour une superficie de 316 km². Les Arabes venus de Tunisie ont occupé l’île entre le IXè et le XIè siècles.
Pour « savourer » cette langue, il sera nécessaire de faire un effort scolaire en lisant ce qui suit.. mais au bout, le plaisir de déchiffrer avec amusement des instantanés du quotidien maltais.

la langue maltaise :

Les linguistes définissent le maltais comme une langue « sémitique de structure, et romane de super-structure ». En d’autres termes, morphologie, syntaxe et vocabulaire de base sont sémitiques (et plus spécifiquement arabes), tandis que le lexique comporte un grand nombre d’emprunts aux langues romanes.
L’appartenance à l’ensemble arabe est soulignée par David COHEN : « le maltais n’est rien d’autre qu’un dialecte arabe du type de ceux qui sont en usage au Maghreb et spécialement en Tunisie, mais un dialecte qui depuis des siècles a évolué dans des directions propres ».

 

En comparaison des dialectes maghrébins, le maltais a conservé des traits de l’Arabe classique :
(kemm = combien verbe au futur précédé de se, emploi de la particule qed qui remontent peut-être au parler de la Sicile arabo-musulmane.

 

En quête de son identité à partir du début du XXe siècle, Malte a affirmé son caractère unique de synthèse entre deux mondes. Ceci a débouché sur la reconnaissance du maltais comme langue officielle, transcrite en caractères latins selon un système original qui n’a que peu à voir avec les différents systèmes de transcription phonétique universitaires appliqués aux langues sémitiques.